PROGRAMME

6022008

La base de toute épreuve électorale repose sur l’établissement d’un programme. Toutefois,et chacun le sait bien , surtout au plan national , le respect des engagements reste tributaire des contingences financières et politiques.

 La difficulté réside aussi ,et je m’en suis rendu compte aux réactions sur le dernier article que modifier même légèrement un fonctionnement ou un lieu réveille des réactions insoupçonnées qui dépassent par leur passion la simple réalité des faits: »le poids des mots ou le choc des symboles »se heurtent souvent au conservatisme douillet.

Au sein de la communauté de commune je peux mesurer la difficulté qu’imposent les imprévus pour gérer à la fois plusieurs projets d’envergure.

Avec l’équipe que j’anime, et aussi après une discussion il y a quelques semaines avec J.LACROIX maire sortant; il est apparu nécessaire de réfléchir à la construction d’un nouveau groupe scolaire répondant aux normes environnementales et pédagogiques actuelles. Un cabinet maître d’oeuvre devra rapidement être désigné pour choisir en concertation avec l’APE le besoin qualitatif et quantitatif ,le lieu d’implantation préalable à toute réflexion architecturale et financière. Mais si on décide cela il faudra réfléchir aussi au devenir de la structure actuelle: développement de l’habitat, utilisation des locaux récents occupés par les maternelles ayant vocation à devenir soit une halte garderie ou une crèche à gestion associative familiale.

Que faire de l’ancien lavoir, de la place de Chiny. Quelle utilité d’un partenariat avec la banque postale d’un distributeur de billets etc etc.

L’équipe a travaillé ,réfléchi, proposé mais surtout à travers cette démarche s’est forgée une cohérence qui pourra au lendemain même de l’élection proposer et agir pour le développement du village.

Au regard de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire nous avons la conviction de pouvoir sans avoir à rougir continuer l’action certes dans un esprit différent,certes avec des méthodes nouvelles , mais en intégrant encore plus la dimension de la communauté de commune pour le développement du bien être et du respect de chacun.

Le président de la communauté de commune Val de Tave que je suis,saura demain mettre au service du « quartier » de CONNAUX, les compétences et le relationnel que j’ai acquis dans la gestion collégiale du GARD Rhodanien.

Michel FAURE et son équipe




OUVRIR PORTES ET FENETRES

1022008

Lorsque l’on pénètre pour la première fois à la Mairie de CONNAUX ce qui frappe, c’est cet escalier raide comme un échelle, puis après un court boyau ,on peut enfin accéder ,derrière une porte à vitre opaque à un comptoir au delà duquel une secrétaire vous reçoit en toute indiscrétion pour accéder, avec le sourire néanmoins, à votre demande.

On pourrait croire cela fortuit.Mais l’équipe sortante est là depuis trop longtemps et a réalisé trop d’aménagements pour que cela ne traduise pas, plus que des mots ou des gestes, une volonté avouée ou non, d’éloigner les élus de la population.

Comme s’il existait une gêne à communiquer, un empêchement à aller vers l’Autre. Il y a d’un côté les élus,ceux  qui savent, et la population qui doit subir sans discuter. Cela fait penser au chateaux forts avec leur donjon du haut desquels le suzerain conviait le bon peuple à quelque spectacle, cela fait penser aux « bunkers » inventés lors du dernier conflit mondial.

Au contraire nous imaginons une mairie ouverte, accessible à toute la population,dont les décisions sont connues de tous.Pour cela une réflexion est actuellement conduite pour améliorer l’accessibilté extérieure(les angles droits de la rampe d’accès handicapés sont le témoignage d’une méconnaissance du handicap moteur et de l’absence de concertation préalable).

Déplacer l’accueil du public au rez-de-chaussée :l’accès à des documents administratifs ne doit pas être un nouveau « parcours du combattant » surtout pour les personnes âgées.

Communiquer,encore et toujours pour que chaque décision soit explicitée, validée , acceptée. Un bulletin municipal ne doit plus être qu’un simple agenda téléphonique, mais un véritable outil de transmission entre le conseil municipal et la population.

On pourrait y ajouter bien des exemples mais l’esprit qui nous anime se résume ainsi:

A LA MAIRIE DE CONNAUX, OUVREZ LES PORTES ET LES FENETRES: RESPIREZ A PLEIN POUMON L’OXYGENE DE LA NOUVELLE DEMOCRATIE.

MICHEL FAURE et son équipe SERVIR CONNAUX

 

 




SERVIR CONNAUX: LES CANDIDATS

25012008

Au moment où le travail préparatoire s’intensifie et afin de satisfaire la légitime interrogation de nos lecteurs , nous publions la liste des candidats qui se présenteront au suffrage des électeurs connaulais le 9 Mars 2008.

Cette liste présente des femmes et des hommes dont certains sont à CONNAUX depuis leur naissance,et peuvent prétendre à être la « mémoire » du village,d’autres sont venus plus tard mais ils ont apporté leur dynamisme à son développement.

Chacun d’eux sait que désormais sa parole et ses actes engagent l’ensemble des colistiers .Mais, au vu du travail déjà accompli, ce devoir de confiance entre nous sera un élément déterminant dans la conduite des affaires municipales.

C’est « ensemble » que nous allons au scrutin c’est « ensemble » que nous souhaitons être élus. Nous demanderons aux électeurs d’oublier  les reproches qu’ils peuvent faire à tel ou tel et de ne barrer aucun nom.

En effet l’équilibre entre les femmes et les hommes, entre les diverses opinions politiques,entre les quartiers,entre les anciens et les nouveaux Connaulais doit être respecté: l’éfficacité immédiate de la nouvelle municipalité est à ce prix.

BLANCHARD Bernard, BOUSQUET Gérard, DAVID Serge, DUBOURG Marie-Françoise,FAURE Michel, GOUX-CARRASCO Bernadette, GUILLE Jérôme, HAREL Evelyne, LLOZE-MARIAGE Suzanne, LO-PRESTI Robert, MAURIN Stéphane, MISTRETTA-VIGNE Laurence, PLAGNOL Michel, RODRIGUEZ Marina, SERVOL Laure, TERRASSE Jacques, TOPENOT Gérard, VETU Alain, VINCENT Denis.

Michel FAURE et son équipe

 




TROISIEME REUNION

19012008

Le rythme s’accélère pour la liste »SERVIR CONNAUX » la troisième réunion a rassemblé l’ensemble des participants.Une candidate a exprimé le souhait de ne pas se présenter pour des raisons personnelles et familiales, je le regrette car je la voyais comme un élément important pour la gestion municipale, par contre deux nouveaux candidats nous ont rejoints.

Du tour de table sur les impressions de campagne j’en ai retenu un grand sérieux dans l’analyse mais aussi une confiance dans l’avenir.Certes ,rien n’est encore figé , mais les lignes de forces commencent à apparaître: notre équipe se soude et le travail préparatoire à la fonction d’élu municipal commence à porter ses fruits: la prise de parole est plus aisée et le fond des propositions en s’appuyant sur une analyse contradictoire dépasse le traditionnel « y a qu’à« ,surtout lorsque l’on discute en particulier sur le logement social et les hypothétiques impayés qu’il peut éventuellement générer.

La situation financière de la commune a été examinée à la lumière des comptes administratifs des années 2001-2006 et chacun a pu se faire une idée sur leur évolution pendant cette période avec les fluctuations de recettes imputables en partie à la création de la communauté de commune de Val de Tave. Mais aussi , à travers la perte par la commune de la partie taxe professionnelle,mais aussi aux variations du FDPTP( fond départemental de péréquation de taxe professionnelle) pour la part dite MELOX que j’ai pu expliciter par l’imputation en 2001 des ressources normalement dûes à GAUJAC(dont je suis encore conseiller municipal) qui ont été normalement affectée en 2002, de la perte par BAGNOLS du produit de ce fond en 2004 et ,puisqu’il s’agit d’une péréquation départementale, du gain pour les autres communes bénéficiaires de sommes ainsi perdues par BAGNOLS.

Tout cela montre le degré d’intégration intercommunale que le citoyen non informé n’intègre pas toujours dans ses raisonnements fiscaux. De la même manière ont été examinés les taux des diverses taxes à la lumière des différence entre TRESQUES et CONNAUX en évoquant les techniques d’harmonisation qui sont mises en place à travers la communauté de commune.

Ce travail peut paraître fastidieux mais il est nécessaire pour que chaque candidat soit éclairé des décisions qui seront à prendre.

Enfin les différentes commissions ont établi leur calendrier de réunion sous la responsabilité à chaque fois d’un rapporteur l’ensemble des conclusions seront portés à la connaissance de la population par un document qui sera diffusé durant le mois de Février.

Ces réunions de travail prennent de plus en plus la forme d’un véritable conseil municipal virtuel où s’élaborent les stratégies de gestion, les formes de communication à mettre en place ,et les résultats à en attendre.

Nous serons prêts dès le lendemain de l’élection, l’équipe apprend à se connaître et la pluralité des opinions politiques de chacun enrichit le débat et forge la cohésion de l’équipe:« SERVIR CONNAUX »

 MICHEL FAURE

 




Petit Lexique Budgétaire

16012008

Lors d’une élection il arrive fréquemment que les candidats se penchent avec attention sur les finances locales parfois pour un exercice critique ,mais pour ceux qui comme nous, pensons avoir à gérer prochainement la commune pour se préparer à mettre en adéquation les possibilités financières et les projets de mandature. Je pense bon d’établir un petit lexique afin que nous ayons un langage commun.

BP:BUDGET PRINCIPAL

Autrefois appelé budget primitif quand on établissait à l’automne un buget supplémentaire. Il est établi en général au cours du premier trimestre de l’année civile. Il permet de prévoir tous les mouvements financiers annuel de la collectivité (commune ,communauté de commune,syndicat intercommunal).

CA:COMPTE ADMINISTRATIF

Une fois terminé l’exercice budgétaire annuel il permet de suivre l’éxécution et la conformité par rapport au budget principal. Approuvé par le conseil municipal ,approbation au cours de laquelle le maire doit sortir de la salle le doyen de séance en assurant la présidence.

BA:BUDGET ANNEXE

S’applique ,sur volonté du conseil municipal,à des opérations spécifiques d’investissement(aménagement de la ZA de Sarcin ou de BERNON pour la communauté de commune). Mais aussi pour certaines opérations de fonctionnement(par exemple:eau ,assainissement) dans le cadre d’une prestation de service assujétie ou non à la TVA quand la commune n’a pas transférée la compétence .

SECTION DE FONCTIONNEMENT

Une des deux sections du BP et du CA. Elle regroupe toutes les dépenses à caractère général ou spécifique (salaire du personnel,indemnité des élus,etc).

Mais aussi les recettes de la collectivité: les dotations de l’Etat (ex:DGF-dotation globale de fonctionnement) du département(ex:FDPTP-fond départemental de péréquation de taxe professionnelle-un article ultérieur sera consacré aux péréquations); diverses taxes ou redevances(énergie électrique,pylônes etc).La dotation de compensation de charge provenant de la communauté de commune.

Surtout pour les contribuables locaux les contributions directes: Taxe d’habitation,taxe sur le foncier bâti, taxe sur le foncier non bâti (terrains agricoles).La base d’imposition est calculée par les services fiscaux ,le taux d’imposition est une des décisions budgétaire du conseil municipal sur proposition du maire.

Rappelons que la taxe professionnelle est perçue par la communauté de commune de Val de TAVE à travers la TPU(Taxe professionnelle unique).

LA SECTION D’INVESTISSEMENT:

Regroupe toutes les dépenses de construction et d’aménagement durable de la collectivité.

Les recettes proviennent de virements de la section de fonctionnement, d’emprunts,de dotation d’équipement, et de subventions diverses ou spécifiques de l’Etat,des institutions européennes pour certains projets, du département ,de la région et quelquefois en fonction des relations avec les députés ou sénateurs une attribution de fond provenant de la réserve parlementaire.

OUVERTURE DE CREDIT:

Chaque section est divisée en chapitre et en ligne , des délibérations modificatives sont possibles en cours d’exercice dites DM à condition de ne pas modifier l’équilibre général du budget et de respecter l’exercice en section. Le transfert du fonctionnement vers l’investissement est toujours possible ,l’inverse est interdit une dépense d’investissement se terminant avec un solde positif restera dans la section d’investissement.

 Voilà l’essentiel mais cet article sera modifié en fonction des questions qui me seront posées.

MICHEL FAURE 

 

 




RUMEUR

15012008

La rumeur publique est à la parole ce que la « toile ou le web » est à l’informatique. Une fois diffusée elle vit pour elle-même même si son fondement est discutable. Comme la « calomnie  » sa soeur ses dégâts humains peuvent être considérables.

Une période électorale est un terreau fertile à sa diffusion une,deux voire trois listes…..Mme X part sur la liste A ….Mais non vous dis-je sur la B…..Vous savez Mr Y qui part sur la C et bien c’est le cousin par alliance de Mr X époux de Mme X qui part sur la liste A, bonjour les repas de famille lors du prochain anniversaire du grand-père Ferdinand lui qui a toujours voté pour les familles qui se retrouvent sur la liste B…..etc .

On pourrait croire qu’il s’agit de commérages sans importance, détrompez-vous le 9 et 16 Mars le vote sera le résultat certes d’une décision mûrement réfléchie pour plus de 80% des électeurs ,mais cette petite frange perméable de 20% fera que certains seront élus et d’autres pas sans que cela soit rationnel.

Durant les semaines qui nous séparent de l’élection les candidats doivent se boucher les oreilles, préparer leurs arguments , leur fonction d’élus. Il y a de la noblesse à affronter le suffrage universel. Ne pas être élu ne sera jamais un déshonneur simplement le témoignage que le discours tenu est peut-être un peu en avance ou légèrement en retard sur ce qu’attendent les citoyens.

Si j’écris tout cela c’est qu’en ayant deux ou trois listes il faut se préparer à toutes les hypothèses .Dans cette élection peu nombreux sont ceux qui,dans toutes les listes, se sont déjà présenté à une élection , il faut travailler pour être prêt mais aussi se forger une carapace imperméable aux bruissements de la rue.

MICHEL FAURE




Le pouvoir du MAIRE et l’action municipale

11012008

Le grand débat possible sur CONNAUX lors du prochain scrutin concernera certainement la possibilité pour les futurs élus à agir rapidement afin que les différents projets ou engagements de gestion aboutissent.

Y apporter une réponse est indispensable au regard du renouveau complet quelques soient les élus de la majorité qui sera mise en place.

En effet ,de part l’application du « Code général des collectivités territoriales« , c’est du maire, et à travers lui seul que s’exerce le pouvoir exécutif de l’équipe dirigeante. Il est bon de savoir que ,si son élection ,comme celle des adjoints dépend du vote personnel de chacun des conseillers municipaux, les délégations d’action et de signature sont prises par « arrêtés » qui restent du pouvoir discrétionnaire du Maire (un poste d’adjoint élu sans délégation de signature ne permet pas de percevoir l’indemnité financière correspondante).

Une fois créé par délibération du conseil municipal un poste d’employé communal, la décision nominative individuelle et personnelle,  d’un candidat se fait aussi par arrêté.

Le Maire propose le budget que le conseil est libre d’accepter ou refuser  ,mais une fois celui-ci adopté il est seul responsable de son exécution. La seule limite étant la séparation (qui permet le contrôle financier par le trésorier-Monsieur le percepteur-) entre les fonction d’ordonnateur de la dépense-signature du maire- et le payeur -le trésorier percepteur de BAGNOLS.

Il est maître de l’ordre du jour des réunions du conseil municipal, et ce pouvoir lui donne la maîtrise de l’action elle même de l’équipe majoritaire.Cela lui donne la possibilité d’engager ou non un programme d’investissement,de construction ou de fonctionnement.

Si je brosse ainsi l’essentiel du pouvoir du maire c’est pour en donner l’esprit de la fonction tel que la loi peut la décrire.  Il faut en effet que chaque citoyen électeur puisse savoir comment cela se passe .Lorsqu’il va se prononcer pour tel ou tel candidat conseiller municipal il doit savoir que de la place qu’il est susceptible d’avoir dans le futur conseil ,dépend le niveau de responsabilité qui  sera le sien.

Le conseiller municipal de la majorité ou de l’opposition exerce un pouvoir de contrôle et de proposition , ce rôle est noble et indispensable. Son pouvoir politique dépend de la psychologie et du comportement du MAIRE qui à la limite peut avoir un exercice quasi solitaire.

Dans mes fonctions de président de la communauté de commune de Val de TAVE depuis quatre ans ,j’ai montré avec les sept maires,parmi lesquels Mr J.LACROIX responsable du budget, et qui sont mes vice-présidents et l’ensemble des délégués élus,que j’étais un adepte de la concertation et de la délégation puisque la communauté de commune fonctionne sur le même principe. C’est dans le même état d’esprit que j’envisage mes éventuelles fonction de maire de la commune.

Telle est l’âme que j’essaie d’insuffler au sein de l’équipe qui depuis quelques semaines travaille avec moi. Certes ,pour la plupart, c’est une expérience nouvelle mais c’est convenablement préparés qu’ils arriveront, le 9 MARS 2008, à la porte de la Mairie de CONNAUX.

Michel FAURE




DE LA FORME DE LA TABLE A:SERVIR CONNAUX

9012008

Lorsque l’on dirige une groupe d’hommes et de femmes il y a lieu,avant toute réunion, de définir son objectif. Celui-ci détermine la forme de la table autour de laquelle aura lieu cette rencontre.

La table de réunion peut prendre trois formes.

La première est une table dressée face à l’auditoire derrière laquelle se place un conférencier face à son public, on peut la réduire à un simple pupitre; c’est la »position du savoir face à l’ignorance » que ce soit dans le domaine de l’enseignement mais surtout dans la politique où elle devient l’image du pouvoir face à la masse surtout quand on se place à plusieurs derrière pour donner la représentation de la force de l’organisation que l’on est censé représenter.

La seconde est une succession de tables mises bout à bout mais disposées en forme géométrique du rectangle au cercle avec un vide au milieu.C’est celle,souvent,des organes de décisions de beaucoup de conseils d’administration ou de conseils politique dès lors que le nombre de participants atteint une vingtaine de personnes.Cela permet le débat sans avoir à se « tordre le cou ».

Ce fut la formule que j’avais choisi pour la première réunion où chacun des membres s’est présenté .

La troisième est une dite « table ronde »,qui d’ailleurs peut-être ovale ou rectangulaire. Elle est de dimension plus réduite, les participants sont très proche les uns des autres,elle facilite la prise de parole en favorisant les discrets « a parté ». C’est celle que j’avais adopté pour la seconde réunion de notre liste et c’est au cours de celle-ci qu’a été adopté le nom pour les municipales:SERVIR CONNAUX.

MICHEL FAURE




Cantonale

4012008

Pour des raisons personnelles, professionnelles mais aussi politiques et contrairement à ce que j’avais annoncé il y a quelques semaines je ne serai pas candidat aux prochaines élections cantonales.

Se consacrer à la seule échéance municipale signifie que l’essentiel du temps sera consacré à la commune . La sagesse impose de regarder l’évidence: on ne commence pas une carrière politique à mon âge mais rien n’interdit de mettre au service de la collectivité son savoir faire et ses relations dans le sérail des élus.

 MICHEL FAURE

 




Accélération

4012008

C’est au début du mois de novembre 2007 , qu’un adjoint de l’équipe sortante est venu me trouver à mon cabinet médical . Et  au cours de cette consultation il m’a annoncé son intention de conduire lui aussi une liste pour les municipales de 2008 à CONNAUX.

Alors que je n’avais que préssenti quelques personnes, il m’a été dit que cette décision ne reposait pas sur des désaccords politiques de fond mais sur le fait que je ne réservais pas de place « prépondérante »  à certains conseillers actuels. En clair était revendiqué les six postes d’adjoint disponibles.

Ce quasi « diktat » était intolérable surtout pour la direction future de l’équipe municipale et j’ai donc pris acte de cette volonté au motif que la démocratie c’est d’abord le respect de chacun.

Toutefois l’émissaire ,et préposé tête de liste, étant un de mes patients je lui ai demandé de choisir un autre médecin traitant conformément à l’article 47 du code de déontologie médicale:la clause de conscience pouvant être évoquée puisque soigner,hors urgence, un adversaire me prive de la neutralité nécessaire à l’exercice médical. Il a de toute évidence mal pris cette décision puisqu’il s’est répandu dans le village dans une campagne de dénigrement assez violente.

La poursuite de la constitution de la liste a rapidement aboutit mais sans les précédents pressentis.La première réunion de présentation interne a eu lieu début décembre.

Avancer est la seule solution capable de faire progresser la prise de conscience par chacun de son appartenance à un groupe de futurs élus solidaires.

Michel FAURE







Le Cabinda Libre (CGSNE) |
Energie Nouvelle pour Heill... |
Michel TAMAYA 2008 Le BLOG |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saint-Avold pour vous
| Sorbonne Démocrate
| Rachid NEKKAZ, Candidat du RSD